AOÛT : ENTRACTE

IMG_1991

La Société de Curiosités, 31 juillet 2009

Préliminaire à des perspectives.

Avril / Juillet 2009

Il s’est passé telle ou telle chose.
Qu’est-ce que nous entendons là dedans qui nous dit : ‘viens’; et qu’est-ce qui nous permet de dire ‘allons’.
Nous ferons une sorte de carte de ce qui a été fait, avec des indications pour aller quelque part.
Ce sera la carte d’une île déserte, avec les chemins possibles de l’aventure à faire à partir de ce que nous avons expérimenté.

Pas un ‘examen’ (ce que je pense aujourd’hui de ce que j’ai fait), mais des trajets possibles à partir d’une sorte de jurisprudence : ce qui s’est passé ce sont des cas, il ne s’agit pas d’établir une nouvelle loi ou des procédures de jugement, mais de savoir comment avancer, où pousser une ligne à partir de ça.

Ce qui a été fait nous incite à vous convier à quelque chose pour l’avenir.

Henry Michaux : « L’amour est une occupation de l’espace. »

Quand on est plusieurs à avoir une curiosité, une exigence et un désir pour les images et les sons, il y a deux dangers. D’abord le fait de dire qu’il y aurait une pratique marginale cherchant à se brancher sur des flux plus mainstream ; ensuite, la vue un peu esthétisante, sorte d’action restreinte à la Mallarmé. Attendre que quelque chose se branche sur de l’échangeable et du commercialisable c’est lui dénier sa force de contact et de transformation. Quant à l’action restreinte, avec son côté dérive esthétisante, elle peut, en faisant exister par le retranchement, confiner à  l’entre soi.
Toutefois, malgré les dangers, il doit être possible de penser les choses plus politiquement en restant sur une position paradoxale, une sorte de zone « musica reservata » avec un ‘faire communauté’ qui est autre chose que trouver un public, c’est-à-dire des acheteurs.

Gérard Rouget, au sujet du problème de la qualité musicale et du jugement de valeur : « La qualité d’une œuvre d’art se commente certes mais elle ne se démontre pas, elle se sent, soit en la vivant soit en en étant le témoin, ou, si l’on préfère, le résonateur. »

Aux 15e et 16e siècle, la ‘musica reservata’ (des sessions d’expérimentations musicales pour public restreint) reposait sur le fait que les musiciens qui faisaient cela n’avaient pas le souci d’élargir leur public, qui se sentait lui même communauté distinguée. Beethoven a eu des stratégies de reconnaissance fondées sur le mélange entre des pratiques qui valorisaient, dans les milieux aristocratiques, l’expérimentation, et des pratiques visant un public plus large ; il jouait sur ces deux tableaux : une certaine popularité et un accès à des milieux distingués qui valorisaient des attitudes de rupture en termes esthétiques. Dans l’europe de Mozart, Haydn et Beethoven, il y a eu des réussites extraordinaires, dûes à cette composante sociologique, qui ont mis en avant des œuvres à la fois savantes et populaires, ce qui ne s’est plus jamais reproduit.

La Société de Curiosités rencontre forcément une diversité de stratégies dont elle doit se défendre : comment conjurer des pratiques qui se perçoivent comme équivalentes par simple besoin de faire proliférer des homonymes ?
Un effort est à produire, une sorte de veille : pour pouvoir réagir au quotidien, il ne suffit pas de dire ‘non’ à des choses qui sont là, mais de savoir à celles auxquelles on dit oui fondamentalement. Cette veille est aussi une pratique vérificatrice : non pas :‘est-ce qu’on sait enfin ?’ mais : ‘on va pouvoir apprendre quelque chose en étant attentif et en pensant à ce qu’on fait’. Avec cette idée : faire les choses de bon cœur. Une espèce de joie partagée dans l’exploration des choses.

Les moines qui étaient plongés dans l’étude étaient gênés par le fait qu’on associait leur travail à la‘curiosité’ – un pêché -, ils ont préféré le terme de ‘sollicitude’. Ils faisaient peut-être ça pour dieu, inscrit dans la constitution de l’étude, mais leur rapport personnel c’était leur désir, leur attention, leur sollicitude personnelle.

Le pédagogisme généralisé veut nous apprendre comment penser, alors qu’on sait que si l’on s’écoute bien, si l’on s’organise bien, on peut faire des choses; Egalité des intelligences et ‘art pour n’importe qui’ (contre ‘art pour tous’(et inégalité des intelligences)), déconstruction patiente des attitudes pédagogisantes, de l’expertise, des compétences : oublions le savoir en tant que tel, en sachant qu’on peut acquérir des savoirs dans la mesure de son possible. La limitation n’est pas le savoir absolu, mais le temps et les moyens. Il ne s’agit pas d’une ouverture vers le n’importe quoi ; se passer des experts et de la compétence ne veut pas dire règne de l’ignorance ou de l’inattention. Face à l’institution, il y a une manière de construire, de constituer des stratégies, qui n’est pas dans une sorte de négatif miroirique. Les figures de résistance sociale sont-elles toujours sur le modèle d’une résistance avouée à quelque chose de constitué ? Ou est-ce autre chose ?

La Société de Curiosités

Avril / Juillet 2008

Jean Bordé – Catherine Brisset – Robert Engelbrecht – Masahiro Kamihatsubo : 4 à table, une composition concertée

Laurent Chambert – Noel Akchote : Et si nous cessions d’avoir peur?

ALEXEI BORISOV – MATTERLINK – ERIC MINKINEN : Performance

CIVA DE GANDILLAC : Projection

FLOP – LORI SEAN BERG : Répétition publique

Joachim Montessuis – Gael Segalen : Channeling #1

DSM – GUIDO HUEBNER – EMMANUEL MIEVILLE – SAMUEL LOVITON – FLAVIEN LAVISSE : Performance

LES PRODUCTIONS DE L’INVISIBLE : Happening

KOMORI – LAURENT CHAMBERT : Les transcriptions automatiques (1)

CHRISTINE WEBSTER – ELISABETH VALETTI : Ayanamsa night

MOONSHOT – 12 DOG CIRCLE : Concert

DIEGO TOLEDO : Ibite

MICHEL GUILLET – OLIVIER NOTTELET : Musiques

CHRISTIAN ZANESI – BRUNHLID FERRARI :Diffusions musicales

Alexandre Bellenger – Julien Skrobek -Dan Warburton : Improvisations électro-acoustiques

ALEJANDRO JODOROWSKY : Signature, projection

TITO GONZALES GARCIA : Projection de ‘Totem et tabou’

JOCE MIENNEL – SYLVAIN RIFFLET : Improvisations électro acoustiques

NARROW BRIDGES : Performance

DUNCAN PINHAS – MICHAEL MORLEY : Concert

FANNY LASFARGUES – JEROME NOETTINGER – CATHY HEYDEN – NOEL AKCHOTE : 4 à table (3), une composition concertée

JULIE ROUSSE – CRYS COLE – CHRISTINE SENHAOUI – CLARE COOPER – FELICIE D’ESTIENNE D’ORVES : Improvisations

HERVE BOGHOSSIAN – PERRINE EN MORCEAU : Concert

MARTIN BAKERO – DAN CHARLES DAHAN – PNEUMATIKOS :Laboratoire d’électro-poésie acousmantique

HERMAN KOLGEN :Performance audio-visuelle

BERTRAND LOZAY : Happening

Laurent Chambert : Et si nous cessions d’avoir peur (1)

DAVID FENECH– DOMINIQUE GRIMAUD – DOM LABREUIL : Recording now (3)

FRANCESCO RUSSO – HENRY SCHURDER : Poésie musicalisée

LAURENT PERRIER : Live audio-visuel

MICHEL TITIN SCHNAIDER – CAMILLE DELAFON – MATHIEU COMBETTEG : Diffusions acousmatiques

BOGDAN W.ROUSSEAU :Slideshow

BENJAMIN AÏT ALI : Diffusion musicale

SEBASTIEN ROUX – DAVID FENECH : Recording now (3)

Jean-Marc Foussat – Thomas Tilly, alias – Marielle Martin – Dan Warburton :4 à table, une composition concertée (2)

JEAN VOGUET : L‘odyssée

GERARD PATRIS – LUC FERRARI : Projection de ‘Momente’

FREDERICD. OBERLAND – COLIN JOHNCO – DAVE OLLIFFE – SEB EL ZIN : Hommage à Altagor

HUGO SANTIAGO : Projection de ‘Invasion’ (1968)

Arnaux Bonnafoux – Guillaume Perret – Colin Johnco – Fred D.Oberland : Dr Drone

AKE PARMERUD – NICO MANGIFESTA : X

LAURENT CHAMBERT : Dans la boite : un double persistant

Marin Favre – Jean-Luc Guionnet – Karine Larivet – Julien Skrobek : 4 à table, une composition concertée (1)

PIERRE YVES MACE : Diffusion en multicanal de ‘Passagenweg’

Gilles Weinzaepflen – David Fenech : Recording now (1)

Amandine Casadamont, David Fenech, Marie Möör, Cecilia Halatre, Benoit Vedrenne, Gilles Sivilotto, Jean Air, Sebastien Tison, Laurent Chambert : Mat contrarié

Dans cet article : Photo 1 : Matterlink, à la société de curiosités, photo : Brian Stevens – Vidéo 1 : pNeuMatIKos, à la société de curiosités – Vidéo 2 : En attendant la surprise, 17 Juin 2009, à la société de curiosités. Paris.

Publicités

A propos ericperrier

Infact-Instant net est une organisation a-centrée passant parfois par moi.
Cet article a été publié dans Penser à ce qu'on fait. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s