‘Si chacun d’entre nous parvient tant bien que mal à vivre ce monde – cela tient en partie à la capacité mentale de l’organiser. Avant même l’aptitude de le transformer, l’actionner, il s’agit de le saisir avec l’aide de ce que l’on peut nommer sa « représentation ». Nous possédons en tête une grande quantité d’éléments tous disparates et pourtant trouvant comme « place ». Du stimulus sensoriel à la réminiscence en passant par le concept ou la simple information, etc. Nous nous défendons constamment de l’entropie et privilégions le contrôle a minima de nous même. Cette « représentation » nous offre la carte intime de nos vies respectives et ainsi l’infinité des possibilités.

Il se trouve que nous pouvons intérioriser des configurations prêtes à l’emploi, les « consommer ». Ce que l’on désigne par les idées reçues – liste très/trop longue – une inclinaison à nous satisfaire d’explications toutes faites, au désir d’être rassuré et parfois guidé. Nous manquons souvent du courage nécessaire pour tenter le contre courant, l’autrement, le hors dominante. Il y a aussi la prégnance du mimétisme ou cette croyance à gagner du temps, de la proximité, de la connivence et finalement toujours de l’illusion. Chaque représentation individuelle sera une combinaison d’éléments pouvant être partagé (ou pas) mais ayant essentiellement le principe par analogie d’un – code unique – résultant d’un décryptage, d’une expérience, d’une assimilation véritable de toutes choses de l’existence et ouvrant ainsi le potentiel d’une sensibilité unique.

Il y a aujourd’hui à l’ère de l’internet des enjeux capables de transformer notre relation au monde. Au delà du fait de transposer, transmettre et faire circuler les choses en informations. Au delà du fait d’interroger leurs consistances – il y a la possibilité de transformer nos façons de vivre ensemble. L’émancipation ramènera chacun face à la responsabilité de se construire aussi une vision du monde – et à travers elle par mille et une façons, de proposer en retour de possibles contributions. La revue Droit de Cités participe de cette action et rassemble en une coexistence les pratiques de chacun des intervenants. À vous d’en mesurer les originalités, les orientations, les espérances, les visées respectives. À vous de trouver, de vous approprier ce qui pourra nourrir votre propre conception de l’ordre du monde à venir. Votre monde.’

Laurent Chambert  (((  sur Droit de Cités Atelier T256

Publicités

A propos ericperrier

Infact-Instant net est une organisation a-centrée passant parfois par moi.
Cet article a été publié dans Penser à ce qu'on fait. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s