SOCIETE CURIEUSE 2012/2013 : PROGRAMMES

Chers amis,
 
Voici des éléments de programmes de la rentrée d’une société curieuse. Ce sont des cadres ouverts à vos idées, artistes, promoteurs, participants de l’aventure. Des offres de partage, l’art se construisant aussi avec tous les gens qui permettent de montrer, d’entendre.
 
Prenons l’idée de concerter – jouer en concert, c’est à dire ensemble- avec le modèle de concertation et de conversation que ça suppose, et essayons de penser à ce que c’est que ‘musiquer ‘ aujourd’hui, dans quelles circonstances ça se fait, à commencer par les instruments : l’ordinateur, un instrument au même titre qu’un autre? Y-a-t-il une contact avec lui comme lorsqu’on ‘prend langue’ avec plusieurs instruments dans cette ‘conversation d’instruments’ que forme le concert ? Si tous les instruments de musique sont des machines, et en dehors des phénomènes de perception, y a t-il un dispositif qui peut se créer entre le corps et la machine dans le fait de musiquer ? Peut-on  jouer à qui et à quelle place, et dans quel type d’agencement concertent instruments, oreilles, intentions et attentions?

PROTOCOLES POUR DES MODELES REDUITS DE CONCERTS, OU FACONS DE MUSIQUER EN MUSIQUE

FULL OU BROKEN CONSORT
(Musiques électroniques/acoustiques)
Le Full Consort c’est une famille d’instrument ou de voix assurées par un même type de production du son, et ce qui est « broken » c’est le mélange. (suite ici : https://instantnet.wordpress.com/2012/07/11/full-ou-broken-le-melange-electroniqueacoustique/)
C’est le rapport entre différentes façons de produire du son, son vocal, instrumental, ou capté/transformé, ou numérisé, synthétique, et le jeu de leurs combinatoires. Quand on passe du geste instrumental ou vocal au son numérisé est ce qu’on fait un full ou un broken consort ? qu’est ce que c’est que penser que le son instrumental ou vocal est ‘source’? qu’est ce que penser que le son numérique ou numérisé puisse, seul, être ‘source’? Le mélange des deux relève t-il du full ou du broken consort ? Comme pour le cinéma argentique ou numérique : fait on encore du cinéma quand on est dans le numérique ? Pour expérimenter des frontières ou des zones habitable par les deux façons de produire du son on met ensemble une même famille d’instruments ou de façon de faire du son, ou bien des familles différentes, avec du son capté transformé. Choisir soit le full soit le broken consort ou bien des jeux d’alternance ou de coexistence.
 
4 à TABLE, une composition concertée
(Un jeu d’improvisation) Un projet activé par EDDIE 135
Création en temps réel de compositions originales sur la base d’une série d’improvisations successives, 4 à table est un jeu d’improvisation/composition.
Mode opératoire :
Un premier musicien improvise, seul. Sa performance est captée puis diffusée immédiatement, offrant la terrain sonore sur lequel le second musicien jouera à son tour.
Et ainsi de suite, jusqu’au tour du dernier musicien,
dont la participation, se superposant à toutes les précédentes, marquera l’aboutissement de la pièce.
Seront invités à se produire des musiciens, sonorisateurs, producteurs de sons aux esthétiques et pratiques diverses.
Quatre invités par soir, pour deux services d’environ 45 minutes.A table avec Eddie 135 au mixage.
 
DES DOIGTS DANS LA VOIX, ou sons et sens dans les voix
Digital et voix. Bricoler quelque chose avec la voix comme on met les doigts sur les touches du syntéhtiseur, numérisant, digitalisant, et faisant toute une série de sons.
La voix comme production de son qui rentre en contact avec la langue. Possibilités de jeux, et de malentendus..  
Il y a une différence entre le modèle de la parole comme acte, le devenir musique des mots et des sons d’une langue, et le devenir bruit et musique des phrases et des façons de parler. Le fait que les sons de la langue se transforment en bruit et potentiellement en musique, et les deux en même temps, ce n’est pas la même chose que, à l’intérieur d’une société donnée, faire de la musique sur un modèle conversationnel ou sur le modèle de la parole comme acte entre plusieurs. Les relations entre la réthorique et la musique concernaient ça, à une époque où la musique acceptait d’être dans une position de dépendance vis-à-vis d’une structure qui n’est pas elle, en ordre avec d’autres façons de construire du sens. Une musique qui veut être indépendante par rapport à la parole et au modèle conversationnel, c’est autre chose, mais cela revient-il à se mettre en dehors du sens ? Cette musique montre aussi que le sens ce n’est pas uniquement produire des mots qu’on comprend mais aussi mélanger bruits, sons, gestes, attitudes, du langage comme action, comme série d’acte.
Un champs de question a été balisé, choisissons des voies possibles pour penser non seulement qu’est ce qui est « musicable », mais ce qu’il en est du rapport entre la musique et la langue, avec tout ce qu’on sait sur ce que c’est qu’une langue, la produire, qu’est ce qu’être un sujet dans sa langue, l’incidence de l’inconscient sur la production du sujet dans la langue etc.
 
DES ENFANTS PAR L’OREILLE
Field recordings, création radiophonique;;
Qu’est ce que c’est que connaitre par le son ?
Avec une question associée : qu’est ce qu’on gagne qu’est ce qu’on perd ?
Que gagne t-on à se libérer du sens ou du son qui fait sens, du son-image ?
La suite ici :
https://instantnet.wordpress.com/2012/07/19/elements-de-conversation-sur-un-projet-de-rencontres-autour-du-field-recordings/
 
 
VOYEZ COMME ON DANSE ENTREZ DANS LA DANSE
Un programme de La Société de Curiosités sur l’idée de participation. 

Quelle attitude j’attend de ceux qui écoutent, ou voient ?
Qu’est ce qu’il en est de la confrontation entre ce que j’aimerais qu’ils aient comme attitude et ce qui va se passer dans la réalité ? Comment  j’ai construit la place de ce jeu, comment je vais laisser une place à une sorte de reste incalculable de toute cette opération ? Est-ce que j’ai prévu une place qui est une position critique, qui dans un premier temps pourrait dire ‘ça marche’, ou pas, et permettrait, en allant plus loin, de se demander : qu’est-ce-que-c’est que dire qu’une pratique artistique a besoin d’ordre, qu’est ce c’est que cet ordre ? Est ce que c’est un ordre sans maitre ?
 
 
 
Publicités

A propos ericperrier

Infact-Instant net est une organisation a-centrée passant parfois par moi.
Cet article a été publié dans A venir, Conversations, En cours, Penser à ce qu'on fait. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour SOCIETE CURIEUSE 2012/2013 : PROGRAMMES

  1. ericperrier dit :

    Merci. On peut meme cuisiner dans ce bel espace!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s