CONFLUX / AMERICA(S) : Lundi 19 Août!

La série de concerts Conflux à la société de curiosités propose de monter à distance des programmes originaux avec des artistes de passage à paris.
EMILIE GIRARD CHAREST est canadienne, quebequoise, violoncelliste, compositrice, elle va jouer 5 pièces de compositeurs du continent américain, et, entre elles, des intermèdes improvisés les liant, pour former un ensemble continu.
http://www.emiliegirardcharest.com/

Cette fois, pour célébrer l’été nous vous proposons d’apporter votre bouteille, quelque chose à partager, à boire, manger.
A vous de jouer.

LUNDI 19 AOUT
A la Société de Curiosités
123 rue de Clignancourt
paris 18eme
Ouverture des portes à 20 heures!
(suivi d’un anniversaire, d’un mix..)

Maxime Mckinley (Canada) – Les pavements de San Marco III (pour violoncelle et électroniques)
Isaiah Ceccarelli (Canada) – Ni la nuit d’astres diaprée (pour violoncelle seul)
Fredrik Gran (Suède/Canada) – altered grey (pour violoncelle et électroniques)
Malcolm Goldstein (USA/Canada) – Gentle rain preceding mushrooms (in memoriam John Cage) (pour violoncelle seul)
Graciela Paraskevaidis (Argentine/Uruguay) – il remoto silenzio (pour violoncelle seul)

La pièce de Maxime McKinley serait donné en première mondiale dans sa version pour violoncelle (une version pour alto et électroniques a été créée ce printemps). Un extrait de la version pour alto est disponible ici: https://soundcloud.com/maxime-mckinley

Une version de la pièce d’Isaiah Ceccarelli peut être entendue ici:https://soundcloud.com/isaiahceccarelli C’est une partition qui inclut une certaine part d’indétermination et qui, par conséquent, sonne assez différemment d’une interprétation à l’autre.

La pièce de Fredrik Gran est disponible ici:https://soundcloud.com/fredrikgran

La pièce de Malcolm Goldstein peut être entendue, jouée par lui-même en suivant le lien suivant:http://www.youtube.com/watch?v=RlPqc78zeF0

Il n’y a malheureusement pas d’enregistrement de la pièce de Graciela Paraskevaidis qui soit disponible sur internet, mais la partition est accesssible sur son site web: http://www.gp-magma.net/contacto.html

Donc, on y va pour la version longue:

Ce qui m’intéresse des « musiques américaines », c’est d’abord qu’il s’agit de musiques beaucoup plus variées qu’on ne pourrait le croire à priori sur les plans à la fois stylistiques et géographiques : d’une part, on (ici comme ailleurs) tend souvent à oublier que l’Amérique se rend complètement au sud du globe et que, oui, il y a des musiques qui s’écrivent là-bas aussi. N’ayant que très peu accès à ces musiques depuis Montréal, je m’y intéresse néanmoins très fortement.

Voilà comment j’en suis arrivée à découvrir la musique de Graciela Paraskevaidis (que j’ai eu la chance de rencontrer en Uruguay au printemps dernier) et d’une foule d’autres compositeurs du sud. Sa musique s’inscrit dans un courant minimaliste latino-américain très différent des minimalistes nord-américains, de par leur austérité. …il remoto silenzio, sa pièce pour violoncelle seul, est basé sur un poème de Cesar Pavese intitulé « La mort viendra et elle aura tes yeux »‘… ça donne une idée du ton… ce qui me plaît ²de cette musique, c’est combien l’énergie y est concentrée avec un minimum d’éléments. Graciela est à la fois une enfant de Luigi Nono, avec qui elle a étudié, et du folklore latino-américain, de par son refus de celui-ci.

Sur le plan stylistique, la pièce s’apparentant le plus à celle de Graciela, tout en étant complètement différente, est celle de Maxime McKinley, Les pavements de San Marco. À la fois parente de la précédente de par un certain entêtement (fixité) dans le traitement des matériaux (les matériaux y reviennent constamment comme tels, intacts) rappelant, d’une certaine façon, certains minimalismes américains, elle s’en distingue également de par une certaine fantaisie (parenté certaine avec Martin Matalon, avec qui Maxime a étudié). Il n’est pas non plus saugrenu de faire un parallèle formel avec la musique de Morton Feldman, son caractère non linéaire, constellatoire et ses engrenages de cycles.

Ces deux pièces, ouvrant (Maxime McKinley) et fermant (Graciela Paraskevaidis) le concert forment, en quelque sorte, un bloc à elles deux, de par leur écriture (comportant principalement ou entièrement des éléments « écrits ») et, de par, à la fois, une parenté et un regard critique posé sur le minimalisme américain.
Les trois autres pièces se situent plutôt dans la lignée de John Cage, Earle Brown et des musiques improvisées amércaines.
Gentle rain preceding mushrooms – In memoriam John Cage de Malcolm Goldstein a d’ailleurs été écrite en 1992, après la mort de John Cage. Malcolm ayant travaillé étroitement avec John Cage (ayant notamment créé certaines de ses pièces) et ayant été un acteur important des musiques improvisées et aléatoires du New York des années 60-70 et 80, écrit des musiques qui en sont fortement teintées.

Isaiah Ceccarelli, quant a lui, est, à la fois, enfant des musiques improvisées et des musiques anciennes, qu’il affectionne particulièrement. Dans sa pièce, Ni la nuit d’astres diaprée, on entend clairement l’influence des musiques baroques lues à travers le prismes des musiques improvisées montréalaises actuelles. C’est une pièce qui est la proche parente de Quartetski (http://www.quartetski.com/home.cfm), un ensemble dont il est membre qui se consacre à la réactualisation et à la relecture d’oeuvres du répertoire.

Enfin, altered grey de Fredrik Gran est le fruit d’une collaboration étroite avec le compositeur, un travail proche de la musique de chambre que nous avons fait en duo, travaillant à partir d’improvisations au violoncelle, fixant peu à peu la bande qui éventuellement dialoguera avec un violoncelle dont la partition sera, finalement, laissée très ouverte.

Les interludes

Les interludes improvisés viennent, quant à eux, faire le pont entre les différentes pièces comportant différents degrés d’indétermination, depuis des pièces complètement « écrites » jusqu’à des formes très ouvertes. Ils sont, en quelque sorte l’aboutissement (ou le point de départ) de l’ensemble du concert. Je souhaite réellement que ces interludes soient le moins déterminés possible (tant dans leur caractère que dans leur durée) afin d’offrir au spectateur le spectre le plus large possible entre détermination et indétermination. Étant moi-même interprète, compositrice et improvisatrice, je ne conçois pas ces trois rôles comme étant distincts et souhaite, dans la mesure du possible que soient présents tous ces aspects lorsque je programme un concert.

Un autre aspect important pour moi dans le choix du répertoire de ce concert a été de présenter des compositeurs avec lesquels j’ai eu l’occasion de travailler en personne de façon approfondie. Bien que je crois qu’il soit parfaitement louable de travailler des musiques que l’on ne connait que par le papier (d’ailleurs, la fréquentation de ces musiques représente une grande partie de mon engagement au quotidien), je dois avouer avoir un penchant marqué pour le travail de première main et la tradition orale, considérant que l’écriture a ses limites et que rien ne vaut un contact direct avec un compositeur pour approfondir son oeuvre.

Côté date, le 19 août (qui tombe un lundi), ça serait parfait pour moi. Si c’est la date que tu retiens, ça me fera plaisir de célébrer ton anniversaire avec toi.
Merci!
Émilie
https://soundcloud.com/emiliegirardcharest
http://www.emiliegirardcharest.com/

Publicités

A propos ericperrier

Infact-Instant net est une organisation a-centrée passant parfois par moi.
Cet article a été publié dans Penser à ce qu'on fait. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s