Les salles où jouer de la musique curieuse à Paris

L’époque est à la justification d’un ordre économico-industriel par des vieilleries culturelles.  On ouvre des lieux dévolus à la culture et Paris se vide de ses artistes.  Cet apercu non exhaustif des lieux où éventuellement jouer et entendre des musiques curieuses est à compléter selon vos suggestions.

Les instants Chavirés, à Montreuil. Ce n’est pas très  convivial mais on a quasiment que ça pour entendre des musiques atypiques. C’est regretable, il manque un pendant, un lieu aussi correct en matiere technique, mais plus alternatif, ou desaxé, par rapport à la notion de programme, de concert, et de tout ce qui fait le ronronnement des conventions du commerce de la musique, dans son abord de ces choses la.

Trash Vortex : Juste à côté, Ivry. Allez-y donc. Musiques bruitistes, electro acoustique dans une joyeuse ambiance underground. Au moins la ligne de programme est elle claire, bruitisme, noise, impro, tout ce qui depasse.

– Souffle continu : Disquaire avec programmation de concerts, musique improvisée, électro-acoustique, également des signatures et débats.

–  Le 104 : Un tel volume offrant l impossible occasion d’une agora geante accueillant les cultures d’aujourd’hui, on y cherche plutot des sous pour combler le vide qu on y entretient. A louer.

– Point FMR / Batofar : Des bars restaurants subventionnés pour un projet culturel, c’est malin. Artistes, circulez.

Les Voûtes : A louer pas cher si vous entrez dans la ligne de programmation pas vraiment énoncée clairement dans ce qui pourrait faire office de présentation du lieu..Cherchent à plus alimenter leur programme.

La Java : Bar boite de nuit ouverte à une certaine diversité, donc aussi à de bonnes choses. Contact facile, à la bonne tête du client.

La miroiterie : Squat sympa, ou sale, selon les points de vue, où les concerts se font dans un certain dénuement technique.

Le 59 rivoli : A l’adresse indiquée, un ancien squat avec pignon sur rue de Rivoli organisant parfois des concerts.

-Le Cube : C’est à Issy Les Moulineaux, près de Paris, je ne sais plus vraiment si cela contnue comme ca avait bien commence par la grace d’une volonte politique et des prorammeurs investis.

– La générale en manufacture, à Sèvres, semi squat à l’organisation obscure autant que le projet, ce qui veut dire qu’il faudra plaire aux decideurs, un peu comme au boulot et partout ailleurs, plaire, allez savoir comment, et vous ne saurez plus pourquoi.

– La générale nord est : Espace sans projet ronronnant entre amis d’amis, ne se transformant pas pour autant en histoire d’amour intégratrice. La configuration – un prêt par la ville – est originale.

Le couvent des Récollets : Espace public appartenant à la région, loué à l’ordre des architectes d’île de France, le sous-louant via une agence. Très bel espace en déshérence hormis les fêtes.

Le bouillon belge : Bar qui accueille tout un tas de musiques bizarres bonnes et/ou bruyantes.

Naxos Bobine : Musiques improvisées sur fond hiératique (tout gratuit, amenez vos boissons et grignotages), mais souvent des programmes alléchants.

Espace Mercoeur : MJC ouverte à l’occasion à des événements audio-visuels intéressants, avec un jardin. Gentils, mais ne répondent pas aux mails. Leur salle de concert semble sous utilisée, il y a toujours une bonne raison à ça.

– La gaité Lyrique : Donne l’impression de quelques chose de plus beaucoup actif, sorte de Jeff Koons musical, vide distingué hyper culturel, maniéré, plein de signes de connivence, de reconnaissance d’une vague culture européenne. Méchament on dira que le sens y clignote rarement. Réduit à fonctionner sur l’événement. Le moment où il se dira « c’est cher et personne n’y va », et qu’il faudra défendre le lieu, on se demande comment on pourra faire.

– l’Ogresse, l’espace Jemmapes, L’espace en cours, le Triton (aux lilas)…et d’autres qui me viendront.. plutôt ouvertes au jazz et musiques improvisées.

Et d’autres, qui se débrouillent. Peut être.

Le reste à venir.

To be continued…

3 commentaires pour Les salles où jouer de la musique curieuse à Paris

  1. BASS dit :

    merci, je connaissais surtout les 7 Lézards !

  2. bonsoir,
    une petite adresse en plus, Comète 347, 45 rue du Faubourg du temple. Superbe ancienne usine devenu lieu de travail, d’exposition et de présentation de travaux (musicaux, théâtraux, plastiques etc. )

    en général, ils s’occupent de la programmation (de la diffusion électroacoustique, au jazz expérimental ou au folk bancal) mais accepte aussi les collaborations. Travaillant avec eux, je peux vous assurer que le lieu et ses deux habitants valent le détour !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s