Musica reservata en société

Une série de rendez vous dans une salle du 10eme arrondissement de Paris, la 3eme porte bleue.

 Infact et La Société de Curiosités vous invitent à l’inauguration d’une nouvelle série de concerts qui exposent des façons autre de musiquer pour ceux qui voudront y être attentifs.

(Cliquez sur les lettres soulignées)

Vendredi 15 Avril 2011

DanQ : QUENTIN ROLLET (sax) – DAN CHARLES DAHAN (ordinateur) – guest : V. Traianova (voix)’Transubstantiation électronique pour saxophone et voix improvisés’

Samedi 16 Avril 2011

NOEL AKCHOTE (guitare) – LAURENT CHAMBERT (ordinateur)3 séquences improvisées

Jeudi 12 Mai 2011

LES ECOUTES TRÈS AUGMENTÉES : GIACINTO SCELSI (1905-1988), Par ALVARO MARTINEZ LEON Avec Pierre Cussac, accordéon et Paolo Vignaroli, flute

Deux parties

Présentation par Alvaro Martinez Leon de l’oeuvre de Giacinto Scelsi avec écoute de tout ou partie de musiques du compositeur.

En seconde partie les musiciens jouent une pièce de l’auteur, ou ‘à la manière de’.

A la fin de chacune des parties le public est invité à échanger avec les intervenants.

« Né au sein d’une famille aristocrate en 1905 à Spezia (Italie), Scelsi suit des cours privés avec plusieurs maîtres pendant toute sa jeunesse. Dans sa première étape créative, sa musique est influencée entre autres par Stravinsky, Scriabine et le dodécaphonisme. Entre 1948 et 1952 il souffre d’une crise nerveuse qui le conduira dans un centre psychiatrique où il trouvera sa propre thérapie : pendant de longues heures il joue une seule note sur un piano, en l’ écoutant de façon contemplative. Cette pratique, liée à la découverte de la méditation transcendantale et des philosophies orientales et mystiques, lui donnent une toute nouvelle direction de recherche, qui aboutira en 1959 aux 4 pièces pour orchestre, chacune construite sur une seule note. Jusqu’à sa mort, il sera question pour Scelsi de faire le medium entre la Divinité et le monde, pour nous montrer les trois dimensions du son : durée, hauteur et profondeur. La troisième dimension (profondeur), méconnue pour les occidentaux, est celle qui rend le son sphérique, en nous entraînant dans l’énergie cosmique, l’Immobile. » A.Martinez Leon.Alvaro Martinez Leon

*

Samedi 14 Mai 2011

GINO FAVOTTI – DENIS DUFOUR : Mots et sons d’un double parcours de création

Deux compositeurs, pédagogues, fondateurs de festivals et de classe de composition de musique électroacoustique, proposent

à travers une écoute choisie de leurs oeuvres, un voyage ponctué d’échanges et de discussions ouverts au public.

Avec aussi Patrick Cazelles (poète)

Denis Dufour, né en 1953, membre du GRM (Groupe de Recherches Musicales) de 1976 à 2000, est un compositeur à l’oeuvre conséquente en même temps qu’un créateur de structures et d’institutions de formation et de diffusion de la musique électroacoustique : il a créé le Trio GRM plus, une classe de composition électronique au CNR (Conservatoire national de région) de Lyon, les cycles de concerts Acore, en 1991 le festival international d’art acousmatique et de support ‘Futura’, à Crest, dans la Drôme, Motus en 1996, une structure d’édition, de production, de formation, d’organisation de concerts et d’événement, un ensemble dédié au répertoire contemporain de musiques mixtes (Syntax). Compositeur avec plus de 150 opus à ce jour, il est l’auteur de nombreuses œuvres instrumentales (orchestrales, de chambre, vocales), électroacoustiques et acousmatiques jouées dans le monde entier.

Gino Favotti, né en 1962 Autodidacte, puis élève de jacques Lejeune et Phillipe Mion à l’Adac à Paris et de Jean Schwarz dans la classe d’électroacoustique de l’école nationale de musique de Gennevilliers il a été ensuite l’assistant de Luc Ferrari au studio de la muse en circuit . Il a co-crée l’émission radiophonique Epsylonia électroacoustique avec jacques Perderaux sur radio libertaire et différents festivals en province dans les années 1990-1995. En 1994, il a créé la classe de composition de musique électroacoustique du conservatoire Georges Bizet, dans le 20e arrondissement .

Il a collaboré à de nombreuses oeuvres collectives avec les groupes Elektrojen, Les arênes du vinyl ou Bernard Cavanna et composé pour la danse et le cinéma. Il a abordé d’autres médias pour la création de ses œuvres récentes, en particulier la vidéo et la voix récitante, avec Le poète Patrick Cazelles, autour du projet audiovisuel électroacoustique ARBOR1 et 2 qui a pour but de mettre en résonance l’art et la recherche scientifique évolutionniste contemporaine. C’est également un ardent débateur et défenseur de l’originalité de la pratique électroacoustique.

Gino Favotti  – Denis Dufour

« L’électroacoustique recouvre l’ensemble des genres musicaux faisant usage de l’électricité dans la conception et la réalisation des oeuvres.

Musiques concrètes ou acousmatiques, les créations radiophoniques et Hörspiele, les musiques acousmatiques d’application (musiques pour le théâtre, la danse, le cinéma, la vidéo), les installations sonores travaillées sur support audio diffusé sur haut-parleur (dont la conception visuelle n’installe pas de rapport direct de cause à effet avec le résultat sonore entendu), une certaine frange des musiques dites électroniques (techno) issues d’une réalisation en studio fixée sur support et livrée à l’écoute seule. Enfin, certaines réalisations de poésie sonore pour celles qui se rapprochent de la création radiophonique. » D.Dufour

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s