Intertext ou comment faire chanson ?

Un projet de Perrine en morceaux

Intertext

…ou comment faire chanson ?

« C’est un mot qui n’existe pas. C’est le nom que j’ai en tête pour un projet d’album. J’ai choisi ce mot-là parce qu’il ne veut rien dire mais qu’il dit quand même. On entend texte, entre, intertextualité… Il ne peut fairesens que par résonance,  au croisement d’autres mots. Compte tenu de ceux-là, intertext est un mot qui dit ce qu’il fait, et qui fait ce qu’il dit, tout en ne voulant rien dire. Intertext c’est en fait ce que j’aimerais faire.

L’album Intertext sera un ensemble de chansons co-composées (en temps réel) avec d’autres personnes, lors de sessions d’improvisation enregistrées, des morceaux de rencontres, en forme de chansons. Oui, parce que moi je ne chante que des mots, et que la présence du langage donne forcément de la musique « discursive », de la chanson quoi.

D’habitude les chansons, je les fais toute seule chez moi, puis je les chante sur scène, puis je les enregistre. Intertext, c’est un prétexte pour travailler différemment : jouer avec d’autres, non pas des chansons déjà faites mais de la chanson en train de se faire, enregistrer ces moments, et en extraire peut-être des chansons. A la Société de Curiosités, il se passera ça en public.

Alors cette série de concerts enregistrés en public à la Société de Curiosités tout comme, au même titre,l’album, ce seront les traces d’une certaine pratique de la chanson. Cette pratique est expérimentale au sens où nous n’en connaissons pas le résultat à l’avance. A l’instar de son nom, Intertext, nous vous dirons ce que nous faisons, et nous tenterons de faire ce que nous disons, en évitant de trop vouloir.

Ces derniers mois, j’ai proposé à plusieurs artistes de « faire une chanson avec moi ». Ces artistes, tous issus du vaste champ expérimental, font évidemment des choses très différentes les uns des autres, mais tous proposent ce que j’appelle des programmes, entiers et puissants, chacun dans leur domaine. La plupart du temps, leur travail se passe de mots. Le mien d’habitude se passe des autres. (voir les liens ci-dessous)

Alors ensemble et contre nos habitudes, nous tenterons des rapports entre son et sens, des conciliations entre entendre et comprendre. Nous tenterons des façons faire chanson.

Parmi les personnes qui joueront avec moi à la Société de Curiosités, il n’y en a qu’une dont je peux dire avec certitude qu’il sera là, c’est Marin Favre. Etant à l’initiative du premier concert du cycle Intertext le 26 janvier, je lui dois, ainsi qu’à Eric Périer, la possibilité de tous les autres, ainsi que généralement l’opportunité d’une activation de ce projet dans un contexte de partage avec le public. »

Les personnes avec qui j’ai, ou vais travailler dans le cadre d’Intertext susceptibles de venir à la SdC sont jusqu’ici dans le désordre :

–  Marin Favre, Paris

Massimo Pupillo de Zu, Rome

Jassem Hindi, Paris

Hans Holler de Musikkreis MS20 et Philipp Lammer, Vienne

Hervé Boghossian , Marseille/Berlin

Robin Meier, Ircam-Paris

Jerôme Declercq de Salmigondis  et Honoré Schnap de G untahono, Paris

Ohre One , Amien

David Chalmin de Dimension X, Red Velvet, B for Bang, Paris/Rome

Bryn Hoskins , Londres

Marten Spangberg, Stockholm

**********

Intertext n°1 : Marin Favre + perrine en morceaux

Le 26 janvier 2010 à 20h30 (ouverture des portes à 20h)

Perrine en morceaux (à la voix, texte, boucles et Kaosspad2 – http://www.myspace.com/perrineb et Marin Favre (au udu et au violon – http://www.myspace.com/mariabraun auront joué 4 fois ensemble avant de redistribuer les cartes à la Société de Curiosités, et pour la première fois en public.

A l’heure où nous écrivons le présent texte, nous n’avons joué qu’une seule fois ensemble. Voici des éléments de ce que nous nous sommes dit à la suite de cette première session, sur ce que nous souhaitions faire et ne pas faire :

Marin a écrit:

 » ce qui m’intéresse c’est de confronter et maintenir une certaine complexité entre nos deux simplicités complexes. Ou l’inverse. (…)

Il est important également pour moi d’intégrer quelque chose que je n’utilise pas tellement dans mon écriture jusqu’à maintenant, à savoir un certain esprit rock, au sens large…

Les seules règles que j’ai ce sont des rejets : rejet de l’illustratif, de l’accompagnement, des systématismes, des académismes et conforts afférents, et des envies : ne rien s’interdire, pour être entier. (…) L’intensité doit être le fil. »

Perrine a écrit:

« ce qui m’intéresse c’est la question de la chanson, à savoir celle de la cohabitation entre son et sens, en forme de musique. Comment l’un et l’autre s’infectent et s’informent mutuellement. J’essaie de faire émerger des chansons, de faire chanson, dans un contexte d’improvisation qui tend généralement à étirer le temps dans des moments atmosphériques. J’appréhende au contraire la chanson en termes de condensation. J’essaie de ne pas laisser tel ou tel moment devenir total, mais de le rendre multiple. J’ai le sentiment que nous avons ce point en commun. (…)  J’aime quand on est sur un fil, instable, et que ce fil sonne aussi comme le fil d’une pensée ».

Marin Favre a pensé à la Société de Curiosités comme lieu de travail. Eric Perier nous a proposé de partager l’expérience en public. perrine en morceaux, en marge de son travail solo, travaille à un album fait de collaborations multiples improvisées, qu’elle appelle Intertext. La société de Curiosités lui a alors proposé de poursuivre ce processus lors d’un cycle de concerts enregistrés en public, dont celui-ci constitue finalement le premier volet. Le cycle que propose perrine en morceaux s’appelle Intertext et vous est présenté ici

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s