Un chantier théâtral

Un projet de Thierry Chollet Berger

DECEMBRE 2009 : Création. 10 jours de répétition/création, 2 représentations. / Lundi 14 Décembre, Dimanche 20 Décembre

******

« Thierry C-Berger réunit Servane Varnèse et Stanislas Briche pour une recherche théâtrale.

Pour une mise en forme de nos questions.
Celle, par exemple, du temps de la performance dans le temps du théâtre,
de la PRESENTation au sein de la REprésentation.

Qui est Kaïros, fils de l’Aion et de Chronos ?

L’acteur est le médium de lui-même. Il trouve en lui, au bout d’un long travail physique et moral des ressources insoupçonnées dont nous sommes tous, lui compris, les bénéficiaires.

Deux acteurs et un public n’excluent aucune solitude.

<object width= »425″ height= »344″><param name= »movie » value= »http://www.youtube.com/v/_dtNnD6aUmk&hl=fr_FR&fs=1& »></param><param name= »allowFullScreen » value= »true »></param><param name= »allowscriptaccess » value= »always »></param><embed src= »http://www.youtube.com/v/_dtNnD6aUmk&hl=fr_FR&fs=1& » type= »application/x-shockwave-flash » allowscriptaccess= »always » allowfullscreen= »true » width= »425″ height= »344″></embed></object>

Partir de rien. Le vide, à la différence du néant, implique un contenant qu’il est possible de remplir. Se confronter au vide c’est questionner nos incapacités. Se confronter au vide est la seule issue de l’acteur qui doit l’accepter et s’y jeter.
Pour y découvrir… ?

Que se passe-t-il lorqu’il ne se passe rien ?

Le rien est une solution pour ne pas se censurer. Chanter, danser, présenter, représenter, donner, voler, accepter de :  un soir improviser une poésie muette et le suivant dire des textes de notre poète adoré – ou haï. Pourquoi ?

Nous autres chrysalides, savons maintenant que nous sommes provisoires.

Pourquoi une vague émotionnelle est-elle souvent suscitée par une image trash ?
Soulever le masque du trash.
Et découvrir…
La poésie ? Qu’est-ce qu’un poète ?
L’Art qui dit que la vraie vie est ailleurs ?
L’intimité ou le Monde ?
L’humour ? Il est des chansons difficiles à écouter. Comme d’anciens parfums à respirer… Sur quoi pleurons-nous alors ?
Madonna est-elle du côté de l’humour ou de la poésie ? Du contenu ou du contenant ?
Et la rêverie ?
Ne plus pleurer ou tout au moins l’accepter, se réconsilier avec son passé, est-ce la clé du bonheur ?
Peut-être ce spectacle s’appellera-t-il « ENCORE ». Peut-être pas. »

Thierry Chollet Berger

LES COMEDIENS:

Pendant des études séchées de phénoménologie et une performance-absence aux Beaux-Arts intitulée « Vends Ecole Nationale Supérieure d’Art cause faillite », de nombreux voyages Claudéliens ou Sophocléens à même la scène, des expositions cachées et des textes sous pseudonymes à usage unique, SERVANE VARNESE se spécialise dans la lumière naturelle hermétique, les écritures en sous-sols d’Académies, et toutes les choses planquées à dessein.
Servane Varnese vit et travaille sous un cèdre du Loir-et-Cher.

STANISLAS BRICHE connaît l’évolution d’un comédien du siècle : Du théâtre classique à Lille où il débute, vers le contemporain avec par exemple Cash-Misère à la MC 93. Opérant régulièrement des écarts chez le voisin qui filme, il passe aussi du théâtre à la danse, avec, A. De La Cafinière pour Contes rendus, l’Association Woo pour Les Journées Impériales, I. Catalan autour de la cruauté, ou encore R. Vidal autour du maniérisme. De la danse il passe à la performance théâtrale et visuelle : il intègre le cabaret musical Les 30 glorieuses, participe à la création de MySCUM , Oa (d’après Eric Vuillard) et A nous qui sommes ici, inspiré des danses macabres. Rien n’est jamais ni définitif ni cloisonné et les ponts sont toujours ouverts : Comme metteur en scène, il collabore avec la compagnie J’aime ce garçon pour Mademoiselle Julie (2007) et prépare sa première mise en scène intitulée Je trouve le titre.

LE METTEUR EN SCENE:

THIERRY CHOLLET-BERGER exorcise ses peurs et enquête sur ses obsessions au travers de plusieurs modes d’expression. En 6 textes, il écrit toujours le même roman ou la même pièce sur le vagabondage et la claustration. Dans 2 mises en scène il y ajoute la mort, la folie et le mythe. Il se laisse guider par l’idée du vide, ne trouve de poésie que dans le mystère, n’a peur que des revenants et n’est fasciné que par l’instant présent tout en se réfugiant toujours dans l’irréel. Comédien avant tout, il affectionne les rôles muets de handicapés. Quand il le peut, il reste immobile, quand il bouge il aime danser, quand il parle, il aime chanter. Et quand il découvre la performance et le milieu trash-queer, il crée Angela Transbury, personnage de zombie transsexuel qui décrit le pays des morts et raconte sur une musique électro-punk, comment il y a perdu son sexe.
Parfois, le lendemain d’un concert à Varsovie ou à Madrid, il revient donner des cours de théâtre à l’Ecole Polytechnique.

Publicités

Un commentaire pour Un chantier théâtral

  1. Ping : La Société de Curiosités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s